samsung-logoC’est cet été que le sud-coréen Samsung a convié la presse internationale et levé le voile sur sa nouvelle phablette Galaxy Note 7, qui a la particularité d’être livrée avec un stylet et d’intégrer un écran légèrement incurvé sur les côtés.

Résultat : c’est le « meilleur des gros téléphones » selon The Verge et le « meilleur des smartphones jamais conçus par Samsung » selon Engadget. Un sans faute pour un smartphone qui vient chasser sur les plates-bandes de l’iPhone 7 Plus de d’Apple. Mais c’était sans compter sur les soucis de fabrication du smartphone de Samsung.

Le Galaxy Note 7 « allumé » était déjà interdit dans les avions

Sur les 2,5 millions d’acquéreurs du Galaxy Note 7, ce sont en effet plusieurs dizaines d’entre eux, au minimum, qui ont constaté des problèmes liés à sa batterie. Ces dernières ont effet tendance à fumer.. et exploser. Après une première mise sur le marché raté, et fort du rappel par Samsung et les opérateurs qui l’ont commercialisé, c’est une seconde version du Note 7 qui a été mise sur le marché courant septembre. Et là encore, il semble que Samsung n’a pas identifié l’origine de la panne. Après avoir proposé un logiciel bridant la batterie du Note 7, puis remplacé les phablettes des premiers acquéreurs, le problème subsiste toujours.

En témoigne un mobinaute qui a pris l’avion avec son Note 7 et qui a commencé à prendre feu. Sentant le vent tourner, Samsung n’a eu d’autre choix que d’annoncer ce matin l’arrêt de la commercialisation du Galaxy Note 7 et l’arrêt associé de sa production, tout du moins le temps de détecter et réparer cette panne. Selon des analystes, cette erreur grave dans la production de sa phablette pourrait coûter cher à Samsung, pas moins de 17 milliards de dollars au total.

Reste à savoir si Samsung osera relancer une nouvelle fois son Galaxy Note 7 ou si il préférera l’enterrer, à quelques mois de l’annonce du smartphone galaxy S8 attendu en début d’année prochaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE