Google CarC’est un petit pas pour l’Homme mais un grand pas pour l’Humanité ? Sans aller jusque là, Dmitri Dolgov, le chef de projet « software » de la Google Car, vient d’annoncer via un billet sur Medium, avoir franchi le cap des 2 millions de miles parcourus avec la voiture autonome du géant de la recherche sur Internet. 2 millions de miles avec une voiture sans conducteur sur des routes publiques…

Cela représente via le système métrique pas moins de 3,22 millions de kilomètres, soit l’équivalent de 300 ans de conduite d’un Homme normal… Il a fallu six ans à Google pour passer le cap du premier million de miles parcourus, et seulement 16 mois de plus pour le second million. Et ce chiffre devrait encore plus rapidement s’incrémenter dans les mois à venir.

« Il est assez facile de maitriser 90 % des aspects de la conduite autonome sur des autoroutes, sur des routes de ville ou simplement de trouver sa voie dans des intersections.  » Dmitri Dolgov @ Google Car

Ce sont donc les 10 % restants qui sont les plus difficiles. C’est pourquoi les équipes de Google s’attachent désormais à analyser la conduite autonome dans des conditions plus difficiles : passage à niveau, véhicules arrêtés sur la voie, zones de travaux, voies fermées, …

Il reste encore du travail aux ingénieurs de Google pour que la navigation sans conducteur soit 100 % sécurisée
Il reste encore du travail aux ingénieurs de Google pour que la navigation sans conducteur soit 100 % sécurisée

Tout n’est pas rose pour autant, en témoigne le dernier accident mortel causé potentiellement par la fonction de conduite semi-autonome d’une Tesla, mais si il a fallu 7 ans et demi à Google pour peaufiner sa technologie, il semble que le plus long du chemin est désormais parcouru avant qu’elle soit disponible auprès du grand public.

Cela dépendra à la fois des pouvoirs publics, du grand public toujours effrayé par les voitures sans conducteur, et bien évidemment des automobiles toujours plus technologiquement sophistiquées. Si on tolère une erreur de conduite due à un facteur humain, la moindre erreur d’origine logicielle fait la Une des médias…

A titre de comparaison, Tesla a indiqué en mai dernier que 160 millions de kilomètres ont été parcours par les utilisateurs des automobiles de la marque qui ont essayé l’option d’auto-pilote. Mais ce n’est pas tant la quantité qui est importante ; c’est l’analyse associée des données qui permettra d’influer sur la conduite autonome de demain…

LAISSER UN COMMENTAIRE